INTERVIEW DE HAKIM BAGY

INTERVIEW DE HAKIM BAGY (07/09/2004)

Habitué à consulter le site régulièrement, Hakim Bagy (voir sa fiche ) a accepté de répondre à nos questions pour faire le point sur sa carrière et parler de ce qui nous réunit, le marathon. Athlète régulier et confirmé, il était intéressant de mieux faire sa connaissance, d'autant plus qu'il est peu médiatisé, à notre sens assez injustement d'ailleurs. Une interview décontractée mais où tous les problèmes sont abordés. Aller au fond des choses, tel est le but des interviews proposées par marathoninfo.

 Tout d'abord, bravo Hakim pour ton récent titre de champion de France de semi-marathon obtenu ce week-end, tu peux nous raconter ta course?

je suis venu sans objectif précis, donc je n'avais pas de pression, j'étais venu dans le cadre de ma préparation pour le marathon de Berlin auquel je devais participer. Je fais toujours un semi trois semaines avant. Comme les séances à l'entraînement se passaient bien, je me suis dit "pourquoi pas tenter un truc". Les conditions climatiques étaient rendues difficiles à cause de la chaleur, ce qui n'était pas pour me déplaire. C'était assez tactique, longtemps c'est un vétéran qui a mené la course, il est resté douze ou treize kilomètres devant et je n'étais entouré que de jeunes comme David Ramard ou Vapaille. Je me demandais ce qu'il se passait, personne allait chercher le gars, et donc au 15ième kilomètre je suis parti. Le Congolais N'Simba a attaqué, j'ai laissé Ouadih y aller, quand je suis parti pour chercher Ouadih les autres ont pas réagi. C'est sans doute la chaleur qui les a étouffé (rires). 

C'est ton premier titre de champion de France sur semi?

Oui, finir la saison sur route sur un titre comme celui-là ça me fait plaisir, c'est toujours bon à prendre. 

Est-ce que ce n'est pas un peu frustrant quand on a un titre de champion de France de ne pas remporter la course?

Non pas du tout, N'Simba c'est un gars que je côtoie souvent dans les cross militaires, quand il a attaqué j'ai répondu, après  il m'a dit "on reste comme ça c'est bien, je gagne la course et toi le titre, tout le monde est content". Honnêtement ça ne m'a pas choqué, et quand il est parti j'ai même pas cherché à savoir. D'abord au niveau de la course y'avait pas de prime à l'arrivée, et j'avais le titre en poche. Comme il ne jouait pas pour le titre, je n'allais pas m'arracher pour rien. Je ne sais pas si je l'aurai battu si le titre avait été en jeu entre nous deux, mais il ne m'aurait pas mis autant d'écart ça c'est certain. J'avais encore des ressources à l'arrivée s'il avait fallu.

Quel va être la suite de ton programme maintenant, le marathon de Berlin?

Non, y'a du changement, car maintenant il y a les championnats du monde de semi-marathon pour lesquels je suis sélectionné, je ne veux pas refuser une sélection comme certains le font. Le problème, c'est que c'est en Inde; j'ai plein de vaccins à faire, il y a six heures de décalage, on court le trois, on revient le six.. Tout cela chamboule un petit peu mes plans. Donc mon programme ça va être les championnats du monde de semi, je vais faire un ou deux dix kilomètres avant. Et puis comme ça fait trois ans que je souffre d'un genou, j'ai décidé de me faire opérer ensuite, si je veux pouvoir continuer ma carrière au meilleur niveau il me faut le faire. Je recule depuis longtemps cette décision, mais j'ai mal pendant les séances, et ça pouvait pas durer comme ça...

Et pour 2005, ton objectif ce sera les mondiaux de marathon?

Oui, bien entendu. l'année prochaine j'aurai deux objectifs, le marathon de Paris comme d'habitude et les championnats du monde. Moi je ne cours que pour les championnats, je suis pas assez rapide pour avoir de bons engagements dans les courses. Je pourrai participer à de belles courses, mais le prix est trop bas par rapport aux meilleurs français, et de loin!!

As-tu regardé la course des JO?

J'ai regardé le premier dix kilomètre et le dernier 5000.

Tu penses que le brésilien de Lima pouvait aller au bout sans l'incident?

Non, il aurait peut-être eu la médaille d'argent, mais vu le dernier 5000m qu'a fait Baldini, c'est impossible, d'autant plus qu'il a dit qu'il pouvait aller encore plus vite. Il finit le 5000m en 14'39", c'est impressionnant dans le contexte de la compétition, on a du mal à croire que ce soit possible. Mais le brésilien était en train de baisser de pied alors que Baldini lui il accélérait, même s'ils étaient restés ensemble, il l'aurait explosé au dernier tour. 

Tu n'as pas eu des regrets en voyant la physionomie de la course, toi qui a la réputation d'être dur au mal et régulier, ça pouvait être une bonne course pour toi?

Oui je pense que c'était une course pour moi, j'ai toujours été là dans les grands rendez-vous, il n'y a eu que l'an dernier à Paris où je finis 34ième avec deux orteils. Ce sont des courses plus tactiques, qui ont lieu au mois d'août, sans lièvre, il y a la chaleur, souvent le décalage horaire, plein de trucs qui interfèrent, et ce sont les costauds qui sont devant.

Tu n'as pas été déçu de la place des français, de la place de El Himer par exemple?

Ce sont des copains, je les connais, c'est difficile pour moi de les critiquer. Mais bon c'est sur que quand on connaît le niveau de El Himer et sa place c'est un peu rageant. Mais maintenant, il faut lui poser la question pour savoir ce qu'il s'est passé, il s'est peut-être sur-entraîné ou n'a pas supporté la chaleur, je peux pas répondre à sa place. Mais bon évidemment quand on voit son chrono on se dit qu'on pouvait faire mieux...

Finalement, le mode de sélection pour ces grands championnats te parait-il le meilleur?

Non, on peut faire ce mode de sélection quand on sait qu'il y a des mecs qui jouent le jeu et qui se défoncent. Mais comment faire sur marathon, pour moi on va à paris et on prend les trois premiers serait la meilleure idée.

Ne pourrait-on pas faire confiance justement à ceux qui sont réguliers?

Mais il n'y a pas de confiance!! et puis si on dit, on fait les sélections à Paris, mais si les organisateurs à Paris ne donnent pas une bonne prime de départ, les meilleurs ne s'aligneront pas, c'est un autre problème ça.

Le problème ne vient-il pas aussi du fait que certains sont plus motivés dans des marathons plus lucratifs que dans les grands championnats?

Bien oui, le problème vient de là en effet. Mais maintenant si on parle comme ça, y'a tout le système à changer. Comme les espagnols et les italiens, Baldini ne court pas tous les jours, mais il a une bonne bourse par rapport à sa fédé, on lui donne les moyens pour se préparer, et pour moi c'est un modèle, c'est un gars toujours là dans les championnats, ça veut dire que ce mec là a les moyens de se préparer. Et pourquoi les nôtres qui sont plus fort que lui ne sont pas là? Il faudrait dire "bon les gars, au lieu de faire un marathon en avril, on vous donne les moyens de vous entraîner sans souci".  Mais si tu commences à parler comme ça, ceux du 100m, du poids vont vouloir pareil et on rentre dans un cercle vicieux inflationniste.

Moi je me défonce aux championnats parce que je suis hargneux et j'ai toujours envie d'être le meilleur, en équipe de France ou dans les courses auxquelles je participe. Je ne prends jamais un départ pour aller chercher de l'argent ou quoi que ce soit, si je suis pas bien, le mec qui m'a engagé pour la course je lui dis que je suis pas bien et que je veux pas courir, parce que je veux pas me faire battre par n'importe qui et avoir une image négative. Il faut quand même que les gars soient responsables et aient un objectif pour le maillot qu'ils portent.

Tu n'en veux pas à Benoit Z qui a déclaré forfait deux fois de suite et qui ainsi t'as en quelque sorte privé des JO?

Honnêtement non. Moi j'en veux à ceux qui le sélectionnent oui. Mais lui il s'en fout complètement, il m'a pas appelé pour me dire Hakim est-ce que tu as envie d'y aller à ma place ou quoi que ce soit. Lui il a été sélectionné et c'est bon. Il a une excuse et puis voilà. Maintenant il a pas intérêt quand même à courir dans les semaines qui viennent un marathon en 2h06'... Mais bon c'est pas la peine de râler, tout est fini maintenant ça ne sert plus à rien. ....

Est-ce qu'une autre solution ne serait pas d'avoir des championnats de France avec les meilleurs et qui seraient qualificatifs pour les grands championnats de l'année qui suit? Parce que les tous meilleurs ne seront pas à Dunkerque cette année encore.

A Dunkerque ça va se courir en 2h20, 2h22. Mais, tiens une anecdote, y'a une course chez nous, j'ai appelé avant les championnats de France, il donne une bonne dotation pour une course régionale, mais à peine il a entendu mon nom qu'il a dit "j'ai pas de budget, je peux rien faire pour toi.." alors que j'avais pas dit un mot. Ce que je voulais dire par là, c'est que quand il y a des championnats comme ça, pourquoi la fédé ne pousse pas les athlètes à les faire, et pour les pousser il faut qu'il y ait un peu d'argent. Plutôt que d'imposer aux organisateurs des sommes importantes pour avoir le droit d'organiser les championnats (et on m'a dit que c'était beaucoup d'argent), il faudrait au contraire ajouter de l'argent pour faire de beaux podiums. Pour un semi ou un dix kilomètre tu auras toujours du monde, mais pour un marathon tu vas attirer qui? Les benoit Z ou el Himer, ils vont pas courir seulement pour la médaille!! ils vont préférer faire le même effort pour gagner leur vie avec!! Pour imposer des sélections pour des championnats de France, il faudrait que la fédé fasse des efforts à ce niveau. Aux championnats d'Europe à Munich déjà il y avait eu conflit parce que la fédé traite sur le même mode ceux qui font du poids ou le 100m alors que ça a rien à voir, des marathons t'en fais que deux ou trois dans l'année. Moi ça me prend trois mois pour préparer un marathon, et tu peux pas faire autre chose pendant ce temps.

Sinon pour comprendre comment ça se passe pour toi, tu as un métier, tu es militaire c'est bien ça?

Oui et heureusement, parce que sinon j'aurais déjà arrêté ma carrière d'athlète de haut niveau. J'ai un temps aménagé, de ce côté là il n'y a pas de souci, j'ai le temps de m'entraîner. Mais il faut quand même que les résultats soient au bout, il faut être à la hauteur. Mais celui qui travaille pas il fait comment? c'est pour ça que je jette pas la pierre à El Himer, il travaille pas, il a fait les JO, et en ce moment ben il perd de l'argent. Il a peut-être un sponsor, mais il gagne sa vie en courant. Les gens qui s'occupent des sélections doivent se rendre compte de ça. Avant l'équipe de France marchait bien, mais avec l'arrivée de Driss et Benoit qui sont deux "gros" du marathon, ils ont du mal à gérer l'affaire, et ce sont les gars comme moi qui payent au bout du compte. Quand on voit qu'on a deux gars qui font 2h06 et qu'aux mondiaux de Paris finalement c'est moi et larbi Zéroual qui finissons devant, si les deux plus costaud que nous étaient à leur place on finissait sur le podium. Donc y'a un malaise, mais c'est vrai que la solution est dure à trouver pour le marathon.

J'aimerai maintenant en revenir à toi, c'est Lahouari Bachir qui t'a découvert, peux-tu nous rappeler les circonstances?

C'était en 1987, je croise l'entraîneur qui habitait en face de chez ma soeur où j'étais en vacances, il m'a proposé un jour d'aller courir avec lui, on va faire un footing, il avait un bon niveau régional, et il a vu que je tenais le coup, je l'ai même lâché à la fin, je le bas comme ça sans entraînement. Moi je jouais au foot comme tous les marocains, mais je courrais pas, en janvier 87 j'avais fait le premier marathon de Marrakech, sans préparation, j'avais pas de chrono, je sais même pas combien j'ai fait, je recherche le classement d'ailleurs. Donc après ce footing, il m'a convaincu de retourner faire mes papiers au Maroc pour venir m'entraîner en France sérieusement.

D'où viennent tes qualités, tu crois que ça vient de ton enfance, du fait que tu avais l'habitude de courir?

On jouait beaucoup dehors, tous les jours au foot, de petites courses pour s'amuser, style celui qui arrive le premier à l'école qui était à un peu plus de 2km de chez moi, mais voilà sans plus. Mon père allait pas prendre la voiture pour faire 2km500!!

C'est peut-être la différence avec les occidentaux, on prend la voiture dès qu'on doit faire 500m en France!!

Oui ben j'ai deux enfants et malheureusement c'est ce que je fais. L'école est à 800m de la maison et je les ramène en voiture.  Tandis qu'au Maroc on était toujours dehors, et on avait pas de playstation qui nous retenait devant la télé. Et dans ma jeunesse au Maroc la télé commençait à 18h et se terminait à minuit, on passait pas des heures et des heures devant la télé, on était plus souvent dehors à courir.

Bon alors j'ai refait mes papiers, je suis rentré en France, en 88 à l'école j'ai fait 11"5 au chrono électrique, et 23"2 au 200m. Tu peux pas le faire comme ça sans rien. Mais par contre j'avais du travail à faire techniquement.

Et Mr lahouari est toujours ton entraîneur?

Maintenant ça fait longtemps que je m'entraîne seul, mais je discute souvent avec lui des séances, il est toujours dans mon entourage. Après mon épouse c'est la personne la plus proche de moi. Et même si je suis allé voir ailleurs au niveau entraînement, j'avais des plans d'entraînement d'autres entraîneurs mais je suis toujours resté avec lui, il prenait mon chrono, et en voyant ma foulée il sait si je suis bien ou pas bien.

Qu'est-ce qui t'a amené ensuite à prendre la nationalité française?

Bon les deux premières années en France ont été une catastrophe, j'ai déconné, j'ai pas fait ce qu'il fallait. J'ai vraiment commencé l'athlé sérieusement à 23/24 ans, c'est pour ça que j'ai encore envie maintenant. Et puis en fait, une fois en France je me suis trouvé bien, et je voyais pas pourquoi je prendrais pas la nationalité. ce qui m'a poussé le plus c'est pas l'équipe de France puisque j'avais pas le niveau. Ce qui m'a poussé c'est qu'en 1988, j'ai fait 1'56" au 800, et j'avais envoyé une lettre à la fédération marocaine juste pour participer aux championnats du Maroc, ils m'ont jamais répondu. L'année d'après je fais pareil pour le 1500m et même chose, ça m'a vexé! Du coup j'ai opté pour la nationalité française, je travaillais encore à l'usine, j'étais pas encore athlète de haut niveau.

Ton meilleur temps est de 2h11'06" à Paris en 2001, tu n'as jamais été tenté par le dopage pour passer sous les 2h10 par exemple?

Si je n'ai pas franchi le pas, c'est parce que je suis musulman pratiquant. Car c'est de la triche, et un tricheur ce n'est pas un bon pratiquant. Je suis très croyant et donc je vois pas l'utilité de faire de telles choses. Je crois au destin, ce qu'on a sur notre chemin et je suis bien comme ça. Si je me dope pour faire 2h10, j'aurais rien de plus que en faisant 2h11.

Tu penses que le dopage est quelque chose de fréquent dans le marathon?

Pas que dans le marathon malheureusement, le dopage est fréquent partout. Il faut que les jeunes fassent attention à leur entourage et aux gens qui sont derrière. On dirait que le dopage devient banal, quelque chose de normal, comme quand tu vas chercher de la vitamine C à la pharmacie. De toute façon je pense que quelqu'un qui est régulier, qui se situe toujours à peu près dans les mêmes temps, ça veut dire qu'il est bon. Bon à partir du moment ou tu vois des gars qui réussissent tout à coup des résultats incroyables, t'es en droit de te poser quelques questions. De même après un marathon tu as toujours besoin d'une période de récupération, si tu vois un gars qui quinze jours après son marathon fait des temps incroyables sur un semi par exemple, c'est pas logique.

Ce qui est drôle aussi c'est de voir un mec qui se fait chopper pour dopage, il est suspendu deux ans, et quand il revient il fait une meilleure perf que quand il se dopait, je trouve ça assez aberrant. De même quand tu vois un mec arriver de nulle part qui fait tout à coup une perf, tu te demandes d'où il vient le gars!! Quand j'entends des discours de marathoniennes (sur ton site par exemple) qui disent qu'à la fin d'un marathon elle a pas souffert, je suis surpris aussi, moi je trouve toujours la fin des marathon très difficile, quand j'ai fait mon meilleur temps à Paris, au bout de la ligne droite je voyais 2h09', mais je me suis rendu compte que j'ai mis deux minutes pour faire la dernière ligne droite, j'ai trouvé ça hyper long, alors entendre ce genre de discours je trouve ça suspect.

Enfin y'a pas de quoi être fier quand tu prends le départ d'une course en étant dopé. Mais bon c'est chiant, tu souffres plus que le mec parce que le dopé il sent rien, et à la fin c'est lui qui prend la gloire, tous les avantages de sa victoire et toi t'es dans l'ombre et tu n'existes pas.

Justement, tu n'es pas amer parfois de pas être reconnu par le grand public comme peut l'être Benoît Z par exemple?

Bon je n'en souffre pas mais enfin quand même je peux pas nier que ça me touche un peu quand même. Quand tu regardes un gars comme Chauvelier, qui est très populaire (ce qui est tout à leur honneur d'ailleurs), mais que toi tu fais de meilleurs chronos qu'ils ont pu faire, de plus je n'ai pas de problème pour m'exprimer en français, et malgré tout cela et bien je passe à côté. Si Benoit Z avait gagné les championnats de France de semi, il aurait eu sa photo sur l'équipe, et moi non seulement y'a qu'un encart de dix lignes sur le côté mais en plus ils m'ont appelé Naguy au lieu de Bagy. Bon mais en même temps si je fais une fixation là-dessus c'est foutu pour moi. Ca me touche comme quand tu sais qu'un gars qui court à côté de toi est dopé, tu peux rien y faire? Tu veux faire quoi? 

Plus généralement, la marathon n'est pas un sport médiatique.

Bon oui c'est certain. Chez moi, on a un journal qui est le Républicain lorrain, je n'ai pas à m'en plaindre ils me soutiennent bien. Mais une anecdote, j'habite à Longwy, on m'interdit à certaines heures d'aller dans les vestiaires. Le gardien me dit "t'as pas le droit d'aller dans les vestiaires", d'abord parce que je suis pas licencié dans la ville, et puis c'est pas les horaires, tu vois jusqu'où ça peut aller! Mais bon ma satisfaction de pratiquer ce sport, elle est personnelle, j'ai ça au fond de moi, et c'est ça qui aide à supporter cet anonymat, parce que j'adore ce que je fais, je suis content pour moi. Je vais pas pleurer parce que je suis pas médiatisé, sinon tu fais un blocage dessus et tu perds ta motivation. Non y'a toujours l'amour de ce sport qui reste plus fort que tout.

Tu penses rester encore longtemps au haut niveau?

Je pense que oui, c'est pour ça que je me fais soigner le genou maintenant, pour m'enlever ce petit souci. Pour mon âge , quand tu fais 5x3000m en 8'40" c'est encore bon pour un marathonien non? Bon je vais pas faire du marathon jusqu'à 60 ans mais j'ai encore quelques belles années, puis de toute façon l'athlé je continuerai toujours à en faire. Quand je discute avec des joggers, je les vois heureux de faire ce sport, y'a des gars qui le font en 6 heures, et ils sont content!! ça veut dire que ce sport, il est bon quand même!!