INTERVIEW DE VICTOR RODRIGUES

INTERVIEW DE VICTOR RODRIGUES ( 06/10/2004)

Victor Rodrigues ( voir sa fiche ) Fait partie des amateurs qui animent notre sport, ceux qui étaient aux championnats de France à Dunkerque, ceux qui travaillent dans la semaine et vivent leur passion sur leur temps libre. On ne parle pas d'eux et pourtant leurs performances, et les conditions dans lesquelles elles sont obtenues méritent un grand coup de chapeau. Avec un meilleur temps pour l'instant de 2h20'18" réalisé à Paris, et un titre de vice-champion de France et champion de France par équipe obtenu à Dunkerque, Rodrigues fait donc partie des tout meilleurs "amateurs" français. Je vous propose donc de le découvrir un peu mieux avec cette interview qu'il a aimablement accordée à marathoninfo.

Victor, vous venez de terminer vice-champion de France à Dunkerque, est-ce pour vous une satisfaction ou une petite déception parce qu'il ne manquait plus qu'une marche à gravir pour obtenir le titre?

Non, on ne peut pas être déçu de faire un podium sur les championnats de France. C'est quand même une satisfaction car ça faisait un an que je m'entraînais pour être sur le podium, et je m'étais dit que pour finir sur le podium, il ne fallait pas courir pour faire deuxième ou troisième, mais il fallait courir pour gagner. L'année dernière j'avais réalisé 2h20' à Paris donc je m'étais dit que j'avais le potentiel pour envisager un podium. Mais entre pouvoir et le faire, il y a un monde! Donc bon ce n'est quand même pas mal, j'y allais pour gagner mais je savais que David Antoine était un gars costaud. Alors au final je suis quand même très content. 

Est-ce que la course s'est passée idéalement pour vous?

J'aurais bien aimé faire moins de 2h20', mais ça a été quand même une course tactique. J'avais deux stratégies, mais David Antoine aussi, et s'il a gagné c'est que la sienne a été meilleure. Finalement je n'ai pas eu de super sensations, mais je savais qu'à un moment donné ça allait attaquer, je savais qu'il ne fallait pas suivre et que j'allais revenir après. Je pensais que David Antoine était un peu moins fort que ça. 

 

Votre stratégie à vous c'était quoi?

Euh... Je peux pas la dire car je vais essayer de la reproduire (rires).. Non, moi ce que je voulais c'est avoir moins de 30 secondes de retard à 5 km de l'arrivée. Je me doutais que des gars comme Antoine ou Laget allaient attaquer, je pensais aussi que des gars comme Boucif étaient très rapides sur dix bornes et allaient donc pouvoir accélérer au semi, mais je me disais qu'ils allaient le payer vers le 30-35ième kilomètre. De plus moi j'aime bien courir en négative split, faire mon premier semi pas trop vite et me faire plaisir vers la fin, alors je pensais pouvoir tirer mon épingle du jeu en fin de marathon. Mais à 5 kilomètres de l'arrivée j'étais à une minute, donc à partir de là l'écart était trop important et j'ai couru pour faire deuxième. 

Vous pensez que David Antoine était un peu au dessus?

Oui il était au dessus, y'a pas photo. Y'a rien à dire. 

Vous aviez vraiment préparé ces championnats car vous n'aviez pas disputé de marathon cette saison?

Depuis deux ans j'en fait deux par ans, et je voulais redescendre sur semi marathon pour retravailler un peu ma vitesse sur la distance, et donc en début d'année j'ai surtout fait des semis. ça s'est pas très bien passé d'ailleurs.. Mais bon depuis un an mon objectif de toute façon c'était les France de marathon.

Que pensez-vous des commentaires lus ici ou là comme quoi ce sont des championnats de France au rabais car l'élite n'était pas présente?

C'est vrai qu'en regardant le résultat final, on peut dire que c'était un championnat de France au rabais. Mais finalement au départ il y avait le podium des championnats de France 2002 avec Baala et Guery qui ont tous les deux abandonné. Des gars comme Boucif, Bellaud ou Roux qui était champion de France de montagne l'année dernière sont tout de même de très bons coureurs. Bon après quand on regarde les France de 10km, semi marathon ou 5000m on a jamais vu Sghyr, El Himer, Z. Chaque athlète fait des choix et eux font les leur, donc moi je pense pas que ce soit un France au rabais. El Himer il fait que 2h29' aux jeux olympiques, bon il ne veut pas recourir un mois après, ça se comprend tout à fait, mais malgré tout le deuxième de la course, Ernest Ndjissipou, a fini 44ième aux jeux devant El Himer, eh bien il était là parce que c'est un choix, il avait envie de courir pour le club et il voulait gagner par équipe. Mais bon ceci dit je comprends très bien que El Himer n'ait pas voulu courir, comme les autres. Il y en a qui courent par passion, et d'autres qui courent aussi pour vivre, et ceux qui étaient là étaient vraiment les passionnés, c'est pas avec ce que l'on gagne que l'on va vivre (rires).

Trouveriez-vous normal que le champion de France bénéficie d'une sélection par exemple?

Oui tout à fait, je suis pour à 100% parce que ça permettrait au champion de France comme David Antoine cette année de passer un pallier, ça me paraîtrait logique. Alors pour les championnats du monde je sais pas, mais l'année prochaine il y a les jeux Méditerranéens et de la Francophonie et ça serait bien qu'il soit sélectionné oui. 

Bon toujours est-il que vous avez tout de même été champion de France mais par équipe. Est-ce que ça remplace un titre individuel?

Oui c'est la deuxième fois!! Non ça n'a pas le même goût, mais c'est tout de même quelque chose de super. Par exemple Ernest il a fait les JO il y a un mois, il était très fatigué, et il vient pour l'équipe, c'est quand même bien d'avoir cet esprit d'équipe. Quand on avait été champion de France par équipe il y a deux ans, c'était l'aboutissement d'un travail d'équipe pour l'entraîneur et le club. 

Vous pouvez nous parler un peu de ce club, l'Athlé sud 77?

En fait c'est un club qui est la fusion de plusieurs villes dont Fontainebleau et Melun. ça nous a permis d'être champions de France sur marathon, et les sprinters le sont aussi sur 4x100 et 4x200. La fusion de plusieurs clubs proches nous a donc permis d'avoir de meilleurs résultats au niveau national. 

Et avec votre frère!! Vous n'avez pas fait une course d'équipe?

 Non on n'a pas fait de course d'équipe car  il s'entraîne un peu moins que moi, donc il courait plus pour faire dans les huit premiers que pour finir sur le podium. Là il a un peu craqué sur la fin du marathon. Jusqu'à il y a deux ans on avait le même niveau, on a toujours eu des chronos très proches  que ce soit sur piste ou semi marathon, mais le marathon demande plus d'entraînement et depuis deux ans je m'investis plus que lui et finalement à l'arrivée y'a un peu d'écart. 

De voir un membre de l'équipe, Ernest Ndjissipou, faire les JO,  ça fait pas envie?

Bon aux JO non car je n'ai pas le niveau, ça m'a fait très envie l'an dernier quand je l'ai suivi sur le marathon des mondiaux à Paris en vélo, il a couru au même niveau que Philippe Rémond. Un coup il était devant, un coup derrière, et ça fait chaud au coeur de voir tous les spectateurs  encourager Rémond, et je pense que la perf qu'il a réalisé l'année dernière y est pour beaucoup dans les encouragements des spectateurs. Donc là oui, ça m'a fait vraiment envie!!

J'aimerais savoir ce qui vous a amené à la course à pied?

J'ai commencé assez jeune, en cadet1, je devais avoir 16 ans donc, avec mon frère on a gagné le cross du collège et notre prof de sport nous a conseillé d'aller dans un club, ce que l'on a fait. On a commencé par les cross, et au bout de trois mois je faisais les championnats du monde scolaire en cross. L'année suivante j'ai fait troisième des championnats de France sur 1500m steeple, et après j'étais souvent finaliste aux France chez les jeunes et puis après en sénior. Et puis depuis je vis plutôt la course à pied comme une passion...

Jamais vous ne vous êtes dit que vous pouviez faire carrière dans la course à pied?

Non non, bon quand on est jeune on rêve toujours d'aller aux jeux, mais quand on arrive à 20 ans on se rend compte que c'est très très dur, mais non, je n'ai jamais rêvé de faire carrière. C'est juste une passion, il faut trouver un équilibre entre la vie professionnelle, familiale et sportive. Etre plus pro, non, parce que si on a une blessure on a l'impression que le monde s'effondre, tandis que là je sais que si j'ai un échec sportif, j'ai toujours ma femme et mon travail. Donc voilà il faut trouver un équilibre entre tout ça.

Alors justement comment vous faites pour trouver ce fameux équilibre? 

Déjà ma femme faisais de la course à pied et de la course sur route notamment. Donc elle comprend très bien ma passion, ce qui aide beaucoup. Le travail c'est de 8heures à 18 heures, après je cours et je rentre à 20h30. Il ne me reste que le temps de manger...

Donc pour arriver à ce niveau là il faut quand même que tout tourne autour de la course à pied

Oui c'est sur. Pendant les préparations marathon tu ne peux rien faire d'autre, mais bon en dehors des préparations marathon c'est quand même difficile car les entraînements sont quasiment quotidiens. En fait il faut être très très bien organisé.

Vous n'avez pas d'horaire aménagé?

Non là faut pas rêver, je travaille dans le privé et je n'ai pas d'horaire aménagé, j'ai pris mes trois semaines de vacances pour m'entraîner, du coup on n'est pas partis en vacances. voilà, il faut savoir faire des sacrifices.

Et ce rythme , il va durer encore longtemps?

Non ça ne va pas durer longtemps (rires). je pense que je vais essayer de faire encore un bon marathon au mois d'avril, j'aimerais passer sous les 2h20, plutôt proche des 2h18'. Je pense que c'est faisable si je m'entraîne bien en février/mars, après il faut trouver la bonne course et les bonnes conditions météo pour pouvoir réaliser cette performance (NDLR:ce sera sans doute le marathon de Paris ou le marathon de Londres, sa décision n'est pas encore prise). Ensuite je pense que j'ai encore deux bonnes années devant moi et après on verra. Mais je ne planifie rien à long terme. Bon et puis ensuite je continuerai à courir même si c'est à un moins haut niveau. Je pense que je continuerai à faire les championnats de France car j'aime cette course, et si je les fait en 2h30 et bien ce sera en 2h30, ou en 2h40. Peu importe, ce qu'il faut c'est vivre sa passion quel que soit le niveau auquel on est.

La préparation au marathon c'est combien de temps avant?

Je commence la préparation 10 semaines avant le marathon, plus un mois de travail avant plus spécifique. Mon maximum je l'ai fait cette année et j'ai fait 130km par semaine, ce qui finalement est faible. Donc je privilégie plus la qualité que la quantité. Je pense que faire de la quantité c'est nuisible à long terme. Je sais que certains qui tournent autour de 2h30 font 150/160 kilomètres par semaine, je trouve que c'est trop. Bon puis j'ai aussi mes limites dans le sens ou je manque de temps et la récupération des efforts consentis  n'est pas toujours facile quand on travaille.

Si tu n'avais pas le travail où situerais-tu tes limites chronométriques. Penses-tu que l'on puisse faire moins de 2h10 naturellement?

Mes limites, c'est difficile à dire, je ne me suis pas vraiment posé la question, peut être qu'elles se situeraient autour de 2h14 en étant pro. Pour ce qui est de faire 2h10, je pense que certains peuvent y arriver naturellement. Maintenant quand on voit le nombre d'athlètes qui sont en moins de 2h08', faut pas se leurrer. Il y a des bruits qui courent comme quoi un tel ou un tel est dopé mais bon, que dire? ... Mais c'est leur problème, après ils ont des complications  au niveau de leur santé. Moi à mon niveau ça me dérange pas, c'est pas parce qu'ils se dopent que je vais courir plus vite ou que je serais en sélection, mais bon évidemment c'est regrettable. 

Vous avez des modèles, des athlètes que sont des exemples à suivre pour vous?

C'est à dire je ne connais pas assez les athlètes pour avoir des exemples. Je pense que Hakim Bagy qui a répondu à une interview sur votre site il y a peu est quelqu'un de propre, et c'est bien parce qu'il dure. Là où c'est un modèle c'est qu'il est présent dans les championnats comme l'année dernière à Paris, il est présent dans les grands championnats. Même s'il ne gagne pas, ce n'est pas grave, l'important c'est qu'il a fait une course intelligente et qu'il fait le meilleur résultat possible, ça c'est bien. Mais bon le marathon demande tellement de préparation, comme Z qui a été blessé ça se comprend qu'il n'

ait pas participé, pour aller aux jeux ou aux championnats du monde il faut être à 100%. Mais bon pour en revenir à la question non je n'ai pas trop de modèle étant donné que je ne connais pas assez les meilleurs français. Je regarde les jeux à la télé avec passion et admiration, mais je n'ai pas de modèle.