1984: LOS ANGELES:LES FEMMES ENFIN A L'HONNEUR

DATE VAINQUEUR FEMININ AGE PARTANTS ABANDONS
dimanche 05 août à 8 heures Joan Benoît (Etats Unis) 27 ans 50 de 28 pays 6 (12%)
Alors ça y est, les femmes ont enfin le droit d'avoir leur marathon olympique, ce qui nous apparaît maintenant comme naturel ne l'était pas à cette époque pourtant pas si lointaine, mais jusqu'à cette date, les femmes n'avaient pas d'épreuves de fond supérieure au 1500 mètres!! Il y avait pourtant longtemps que les femmes s'étaient mêlées de courir le marathon avec en 1926 la Britannique Violet Piercy, chronométrée en 3h40'22". Mais les règlements de l'athlétisme les obligeait alors à courir dans la clandestinité, l'évènement le plus célèbre s'étant déroulé en 1967 à Boston où l'américaine Kathie Switzer avait été découverte dans le peloton après 3km de course. Immédiatement, John Semple s'était mis en devoir de l'expulser en sa qualité de bénévole, il avait été à son tour éjecté à grands coups d'épaule par le fiancé de l'intruse, sous les applaudissements du peloton et l'objectif d'un photographe, ce qui fit beaucoup pour la cause des femmes de même que les écrits du médecin allemand Ernst Van Aaken qui avait balayé toutes les objections contre l'endurance dans le sport féminin. Sous la pression du mouvement féministe américain et les résultats de marathoniennes américaines, anglaises, françaises, japonaises ou tchèques, la fédération internationale d'athlétisme avait en 1981 ouvert le 5000m et le 10000m pour les femmes, puis en 1982 le marathon fut ouvert aux femmes pour les championnats d'Europe. Los Angeles est la suite logique de ce mouvement. 

Tout s'est bien déroulé ou presque, mais un évènement va marquer la première édition féminine, l'arrivée de la Suissesse  Gabrielle Andersen-Schiess qui va rappeler que le marathon peut réserver bien des surprises, et va rappeler aussi les arrivées célèbres des pionniers masculins de la discipline. En même temps cela donnera de l'eau au moulin aux adversaires du marathon féminin.

La Suissesse va vivre un véritable calvaire lors de son arrivée, devant les caméras du monde entier. Victime d'un coup de chaleur, ses genoux s'entrechoquaient , elle divagait d'un couloir à l'autre de la piste. Trois juges vont l'escorter, comme pour la maintenir debout à distance quand elle s'arrêtait, avant de repartir cahin-caha. "J'ai pensé un instant abandonner, mais c'était tellement idiot, car la fin était si proche! Et puis il s'agissait d'un marathon pas comme les autres. L'instinct me dictait de continuer." Parmi les officiels, on s'interrogeait: fallait-il l'empêcher de continuer ou non? Mais des "go on, go on" s'échappaient de la foule. Et elle alla ainsi au bout de son terrible effort, de son terrible chemin de croix, avant de s'effondrer dès la ligne franchie dans les bras de deux juges. Secouristes et médecins s'affairèrent autour de la civière qui l'emporta sous un tonnerre d'applaudissements mêlant admiration et soulagement. "Lorsque j'ai fait mon entrée dans le stade, les encouragements, que j'entendais par intermittence, m'ont redonné quelques forces. J'essayais d'aller droit. Vainement! Mon corps était tellement chaud! Je ne me souviens pas de tout ce qui m'est arrivé". Finalement elle termine 37ième en 2h48'42", au terme d'un dernier tour parcouru en 5'44". Preuve de sa belle santé: deux heures après, elle était sur pied et courut encore par la suite plusieurs marathons sans encombre.
Devant elle, la première championne olympique de l'histoire avait franchi la ligne en 2h24'52", il s'agissait de l'américaine Joan Benoît qui battait d'un tour de piste la favorite Grete Waits la norvégienne. Le 18 avril 1983, Joan Benoit s'imposa au marathon de Boston en 2:22:43. Elle détenait toujours le record du monde lorsque eut lieu le premier marathon olympique féminin le 5 août 1984. Joan Benoit se qualifia pour les Jeux Olympiques en remportant les épreuves de qualification aux Etats-Unis, dix-sept jours seulement après avoir subi une arthroscopie du genou droit. Aux Jeux de Los Angeles, elle était la favorite aux côtés de la Norvégienne Grete Waitz, qui avait jusqu'alors remporté les sept marathons auxquels elle avait pris part. Grete Waitz avait également battu Joan Benoit à dix reprises au cours de leurs onze rencontres précédentes sur diverses distances. Or, cette fois-ci, Joan Benoit prit la tête après quatorze minutes seulement et distança ses concurrentes, étonnée que personne ne la suivît. "Lorsque je suis partie, je n'ai pas vraiment démarré. J'ai seulement accéléré l'allure, qui était particulièrement lente. J'ai toujours espéré recevoir de l'aide de la part d'athlètes provenant de l'arrière, mais je n'ai jamais rien vu venir. Sur la fin, j'en étais d'ailleurs très heureuse." Au 20ième km passé en 1:08:32, son avance dépasse la minute, 72 secfontes sur la Portugaise Rosa Mota (première championne d'Europe à Athènes en 1982). Détentrice pour sa part de la meilleure performance européenne après sa victoire en 2:24:26 à Londres, l'autre Norvégienne Ingrid Kristiansen, accompagnée de l'italienne Fogli, accusait 10" de supplémentaires de retard devant Waitz, sur ses talons. Au 30ième km, Benoît passe en 1:42:23 devant un trio composé de Waitz, Kristiansen et Mota.A partir de là son avance de près de deux minutes va décroître peu à peu notamment par rapport à Waitz qui est parti à ses trousses, mais c'est trop tard et la foule râla de plaisir quand elle vit déboucher sa gagnante sur la piste après l'avoir suivie sur l'écran géant du stade. En 2:24:52, la première championne Olympique avait fait mieux que Mimoun à Melbourne en 1956.

Née le 28 janvier 1979, haute de 1m60 pour 47kg, elle s'était classée deuxième de son premier marathon en 2:50:54, avant de remporter le 16 avril de cette année là le marathon de Boston en 2h35'15". le 18 avril 1983, elle remportait le marathon de Boston en 2:22:43, meilleur temps alors jamais obtenu par une femme. Elle déclara après la course: J'avais décidé de faire ma propre course sans m'occuper de mes adversaires. Dans ce genre d'épreuve, il faut trouver sa propre cadence. Si vous courez en peloton, à moins d'en prendre résolument la tête et de faire le travail, vous avez souvent des changements de rythme et, dans un marathon, cela ne pardonne pas. Mieux vaut se dégager, courir à train régulier, ça paie toujours".

DATE VAINQUEUR MASCULIN AGE PARTANTS ABANDONS
dimanche 12 août à 17 heures Carlos Lopes (Portugal) 37 ans 107 de 59 pays 29 (27,10%)
Le boycottage de l'URSS et de ses satellites, annoncé le 8 mai en réponse à celui des jeux de 1980, a éliminé d'emblée le double vainqueur des JO de 1976 et 1980, Waldemar Cierpinski. Cela n'a pas empêché de voir le peloton le plus imposant depuis la création des JO s'élancer. Parmi les favoris, les japonais Soh et Toshihiko qui n'avaient pu participer aux derniers JO (toujours ce fameux boycott), la tanzanien Ikangaa, l'Australien de Castella (2:08:18 à Fukuoka, et vainqueur des quatre marathons auxquels il avait participé avant celui de Los Angeles, dont les championnats du monde à Helsinki), l'américain Salazar qui s'était imposé à New-York en 2:09:41, meilleur temps jamais obtenu par un débutant. L'inconvénient est qu'il avait laissé beaucoup de forces dans des épreuves auxquelles il a participé avant les JO, et ainsi après 15km il n'était déjà plus parmi les hommes de tête au dixième km passé en 31'09" et mené par Ikangaa et six africains.

Au trentième kilomètre passé en 1h33'02", rien ne se dessinait encore, il fallut attendre le 35ième pour qu'enfin se détache un trio composé de Carlos Lopes le Portugais, Spedding le britannique et l'Irlandais Treacy. Ayant ralenti pour prendre un gobelet d'eau, De Castella avait irrémédiablement raté le coche. Sur la piste de Stockholm, le Portugais avait contribué le 2 juillet à la chute du record du monde du 10000m en 27'13" par son frère ennemi Fernando Mamede. Lui même avait terminé second en 27'17", deuxième performance mondiale de tous les temps. Animé par cette vitesse de base inouïe chez un marathonien, petit buste droit et longues jambes déliées, il étira sa foulée incroyablement ample pour une taille de 1,68m et se retrouva seul en tête après le 37ième km. A partir de là, il ne pourra plus être rejoint. Accueilli par d'anciens vainqueurs d'un marathon olympique invités par les organisateurs, il termina en 2h09'21". Aucun de ses prédécesseurs n'avait jamais couru aussi vite. Aucun non plus n'avait triomphé à un âge aussi avancé: 37 ans, 5 mois et 25 jours.

Ses débuts sur marathons n'avaient pas été très prometteurs, deux abandons provoqués par des crampes en 1982 à New-York, et en 1984 à Rotterdam, défait par de Castella en 1983 à Rotterdam, il remportait le marathon de Los Angeles alors qu'on ne l'attendait pas. C'est à Rotterdam encore que l'année suivante, il réalisera le nouveau record du monde en 2:07:12, confirmant alors qu'il ne s'agissait pas d'un accident. Quant à Alain Lazare et Jacky Boxberger, ils avaient rompu avec la tradition qui voulait que tous les 28 ans un français remportait le marathon olympique. Le premier finit 28ième en 2:17:52, Boxberger 42ième en 2h22'. Carlos lopes était un ancien berger du Nord du Portugal, son entraîneur Moniz Pereira va le façonner (comme Mamede son autre poulain) pour en tirer le meilleur. Malgré tout sa victoire n'était pas attendue comme les deuxième et troisième places de Treacy et Spedding, comme quoi sur une course olympique, tout peut-être différent!!
CLASSEMENT GENERAL
  HOMMES FEMMES
PLACE NOM PRENOM NATIONALITE TEMPS NOM PRENOM NATIONALITE TEMPS
1 Lopes Carlos Portugal 2:09:21 Benoit Joan Etats-Unis 2:24:52
2 Treacy John Irlande 2:09:56 Waitz grete Norvège 2:26:18
3 Spedding Charles Grande-Bretagne 2:09:58 Mota Rosa Portugal 2:26:57
4 Soh Takeshi Japon 2:10:55 Kristiansen Ingrid Norvège 2:27:34
5 De Castella Robert Australie 2:11:09 Moller Lorraine Nouvelle-Zélande 2:28:34
6 Ikangaa Juma Tanzanie 2:11:10 Welch Priscilla Grande-Bretagne 2:28:54
7 Nzau Joseph Kenya 2:11:28 Martin Lisa Australie 2:29:03
8 Robleh Djama Djibouti 2:11:39 Ruegger Sylvie Canada 2:29:09
9 Kiernan Jerry Irlande 2:12:20 Fogli Laura Italie 2:29:28
10 Dixon Rod Nouvelle-Zélande 2:12:57 Toivonen Tujia Finlande 2:32:07
11 Pfitzinger Peter Etats-unis 2:13:53 Smith Joyce grande-Bretagne 2:32:48
12 Jones Hugh Grande-Bretagne 2:13:57 Milana Alba Italie 2:33:01
13 Gonzales Jorge Porto-Rico 2:14:00 Rasmussen Dorthe Danemark 2:33:40
14 Seko Toshihiko Japon 2:14:13 Rowell Sarah Grande-Bretagne 2:34:08
15 Salazar Alberto Etats-Unis 2:14:19 Keskitalo Sinikka Finlande 2:35:15
16 Terzi Mehmet Turquie 2:14:20 Teske Charlotte RFA 2:35:56
17 Soh Shigeru Japon 2:14:38 Malone Annemarie Canada 2:36:33
18 Salzmann Ralf RFA 2:15:29 Hamrin Marie-louise Suède 2:36:41
19 Jorgensen Henrik Danemark 2:15:55 Sasaki Nanae Japon 2:37:04
20 Salah Ahmed Djibouti 2:15:59 Moro Paola Italie 2:37:06
21 Masong Agapius Tanzanie 2:16:25 Van Landeghem Ria Belgique 2:37:11
22 Shahanga Gidamis Tanzanie 2:16:27 Beurskens Carla Pays-bas 2:37:51
23 Schleder Eloi Brésil 2:16:35 Joyce Regina Irlande 2:37:57
24 Lismont Karel Belgique 2:17:07 Deurbroeck Marie-Christine Belgique 2:38:01
25 Zachariassen Allan Danemark 2:17:10 Trujillo Maria Mexique 2:38:50
26 Koussis Michail Grèce 2:17:38 Moe Bente Norvège 2:40:52
27 Tiainen Pertti Finlande 2:17:43 o'Connor Mary Nouvelle-Zélande 2:41:22
28 Lazare Alain France 2:17:52 May Carey Irlande 2:41:27
29 Ruguga Vincent Ouganda 2:17:54 Peeters Francine Belgique 2:42:22
30 Parmentier Armand Belgique 2:18:10 Shmueli Zehava Israël 2:42:27
31 Mercado Cesar Porto-Rico 2:19:09 Lai Chu Ng Winnie Hong-Kong 2:42:38
32 Charmake Abdilahi Djibouti 2:19:11 Regonessi Monica Chili 2:44:44
33 Dahl Oyvind Norvège 2:19:28 Nazario Naydi Porto-Rico 2:45:49
34 Froude derek Nouvelle-Zélande 2:19:44 Gordon Yuko Hong-kong 2:46:12
35 D'Aleo Giovanni Italie 2:20:12 Guevara Ena Pérou 2:46:50
36 Herrera Jesus Mexique 2:20:33 Brown Julie Etats-Unis 2:47:33
37 Hong-yul Lee Corée du Sud 2:20:56 Andersen-Schiess Gabrielle Suisse 2:48:42
38 Camacho Juan Bolivie 2:21:04 Borralho Rita Portugal 2:50:58
39 Vriend Cor Pays-Bas 2:21:08 Ferreira Maria Portugal 2:50:58
40 Ntaole Frans Lesotho 2:21:09 Cardenas Maria mexique 2:51:03
41 Geirnaert Johan Belgique 2:21:35 Ronquillo Maria Luisa Mexique 2:51:04
42 Boxberger Jacky France 2:22:00 Wright Nelly Bolivie 2:51:35
43 Marchei Marco Italie 2:22:38 Wagaki Mary Kenya 2:52:00
44 Boileau Arthur Canada 2:22:43 Mendonca Eleonora Brésil 2:52:19
45 Hlawe Samuel Swaziland 2:22:45        
46 Manandhar Baikuntha Népal 2:22:52        
47 Ismail Ahmed Somalie 2:23:27        
48 Nak-Chae Hong Corée du Sud 2:23:33        
49 Otieno Joseph Kenya 2:24:13        
50 lafranchi Bruno Suisse 2:24:38        
51 Hooper Dick Irlande 2:24:41        
52 Adamson Derrick Jamaïque 2:25:02        
53 Caban Claudio Porto-Rico 2:27:16        
54 Agosta Marc Luxembourg 2:27:41        
55 Theleso Wilson Bostwana 2:29:20        
56 Ming Chen Chang Chine de tapei 2:29:53        
57 Silva Alejandro Chili 2:29:53        
58 Won-Sick Kim Corée du Sud 2:30:57        
59 Aguilar Ruben Argentine 2:31:18        
60 Sabag Sherntov Israël 2:31:34        
61 Rakabaele Vincent Lesotho 2:32:15        
62 Kassianidis Marios Chypre 2:32:51        
63 Pandit Arjun Népal 2:32:53        
64 Mahmoud Ismail Jordanie 2:33:30        
65 Bordeleau Alain Canada 2:34:27        
66 Tokwepota Tau Papouasie 2:36:36        
67 Nyambarito Patrick Zimbabwe 2:37:18        
68 Ngeny Kimurgor Kenya 2:37:19        
69 Prasad Yadal Amira Népal 2:38:10        
70 Ambowodo Adolphe Rep Centrafricaine 2:41:26        
71 Avila Carlos Honduras 2:42:03        
72 Randrianarivelo Jules madagascar 2:43:05        
73 Abdullahij Ahmed Somalie 2:44:39        
74 Mambosasa george Malawi 2:46:14        
75 Williams Marlon ïles Vierges 2:46:50        
76 Mbangiwa Johnson Bostwana 2:48:12        
77 Illut leonardo Philippines 2:49:39        
78 Lamothe Dieudonné Haïti 2:52:18        

LES AUTRES JO