1976: MONTREAL: CIERPINSKI SURPREND SHORTER

DATE VAINQUEUR AGE PARTANTS ABANDONS
samedi 31 juillet 1976 à 17h30 Waldemar Cierpinski (RDA) 25 ans 67 de 36 pays 7 (10,45%)
Les JO de Montreal ont été marqués par le boycott des pays africains. Deux semaines avant les jeux, l'organisation de l'unité africaine avait demandé que la Nouvelle-Zélande soit exclue des compétitions olympiques pour avoir envoyé une équipe de rugby en tournée en Afrique du Sud. Le CIO ayant refusé d'obtempérer, 22 pays africains avaient quitté Montréal. Bien évidemment cela a pu avoir une influence sur le marathon car on sait depuis Bikila et Wolde leurs qualités. Malgré tout la grande majorité des favoris sont présents, à commencer par Frank Shorter, l'Américain tenant du titre espère bien faire de doublé comme Bikila et ainsi rentrer aussi dans l'histoire. Ses principaux adversaires sont Bill Rodgers son compatriote, le belge Karel Lismont, le canadien Jérôme Drayton qui sera sur ses terres, vainqueur à deux reprises de la Mecque des marathoniens: Fukuoka. Il y a aussi l'Australien David Chettle, et certains citent Waldemar Cierpinski qui vient de se signaler depuis quelques temps, mais il est alors loin d'être favori, Shorter ne le connaît même pas.

Fils d'une famille comprenant trois garçons et trois filles, Waldemar avait commencé par taper dans un ballon de football, puis s'était tourné vers la boxe. Mais le trajet de Nienburg, où il allait à l'école, à Bernburg, où il s'entraînait, trajet qu'il devait parcourir à pied plusieurs fois par semaine et qui s'ajoutait aux 6 km quotidiennement arpentés pour aller en classe, finit par le rebuter. Il lui fallait moins de temps pour aller au stade de Jesar, où il habitait. La première fois que son professeur d'éducation physique l'avait inscrit au départ, il ne s'était pas présenté sur la ligne, la seconde fois, il s'était classé deuxième sans entraînement: sa décision était prise, il serait coureur à pied. Il s'est d'abord beaucoup entraîné pour réussir dans la discipline du 3000m steeple sans grand succès. Blessé à plusieurs reprises, il finit par perdre confiance en lui. le 10000m et le marathon lui proposaient de nouvelles aventures en même temps qu'un autre tremplin. S'il n'atteignit pas des sommets sur 10000m (28'28" en 1975) , il fut d'emblée un excellent marathonien. Il courut son premier marathon en 1974 en 2h20'28". Déjà lui trottait dans la tête l'idée de se distinguer à Montréal.

 Il se rendit ensuite à Kosice, un marathon international de grande envergure, où il réussit le temps de 2h17'30" et une 7ième place. Il met alors les bouchées doubles devant ces temps encourageants, et gagne son premier marathon à karl Marx Stadt en 2h13'57", faisant ainsi parti de l'élite. Mais son meilleur temps sera réalisé lors des sélections est-allemandes à Wittenberg où il gagne en 2h12'21". Malgré cette belle progression, il semble encore un peu "juste" pour remporter le marathon olympique, raison pour laquelle il n'est pas souvent cité dans les favoris de l'épreuve.

Toujours est-il que la course s'est déroulée dans de bonnes conditions de température, avec une pluie fine apparue au bout de 15min pour venir rafraîchir les corps. La course en elle même va mettre beaucoup de temps à se décanter, il faudra attendre le 15ième km de course pour voir un groupe se détacher, ce groupe étant composé de Shorter, Chettle, Drayton, Lismont, Rodgers, Cierpinski, le Finlandais Viren (vainqueur du 5000m et 10000m, il voulait rééditer l'exploit de Zatopek et réaliser le triplé), l'australien Wardlaw qui sera le premier à lâcher, et l'indien Shivnat Singh. Ils passeront au 20ième km en 1h01'24".

C'est Shorter qui en patron va secouer le peloton de tête et porter une attaque, provoquant la cassure. Seul Cierpinski sera capable après un effort de plus de quatre minutes, à combler le trou de 25m qui a été creusé par Shorter. la guerre des nerfs va commencer, Cierpinski dira après la course: " j'ai eu des difficultés à suivre le train d'enfer du début. Je commençais à aller bien lorsque Shorter a porté sa première attaque. J'étais à peine revenu dans sa foulée qu'il repartait. Ce fut une lutte sans merci. Combien de fois n'ai-je pas été tenté de le laisser partir! J'ai parfois eu envie d'abandonner. Mais je pensais à mes parents, à mes amis et à mon pays. Et je me suis efforcé de m'accrocher une fois, cinq fois, six fois peut-être."

Cierpinski n'avait pas le même gabari que Shorter, le vainqueur de Munich est grand et élancé (1m79 pour 61kg) alors que l'allemand a une foulée plus courte et puissante (1m70 pour 58kg). Aussi il profitera de celle-ci pour prendre quelques mètres d'avance dans une montée. Shorter va vite revenir mais après 1h44' de course, il fut à nouveau distancé et compta au 40ième km 32 secondes d'avance. "Il n'a pas attaqué, je n'ai simplement pas pu le suivre" déclara Shorter à l'arrivée. Ce dernier a-t-il sous-estimé cet adversaire qu'il a longtemps pris pour un Suisse et qu'il ne connaissait pas. Les attaques ne l'ont-elles pas plus émoussé que son adversaire? " Pour lui, je sortais de nulle part. C'était un avantage psychologique appréciable" déclara Cierpinski, et peut-être est-ce une des raisons du succès de l'Allemand face à l'américain pourtant très fort.

Lorsque Cierpinski, le dossard n°51 épinglé à son maillot mouillé, se présenta à la sortie du tunnel, ce fut une belle déception. On crut même percevoir quelques sifflets, heureusement vite couverts par des applaudissements. Sevrée de victoire, la forte colonie américaine occupant les gradins n'attendait pas ce vainqueur là d'autant que le tableau géant montrant la tête de course s'était allumé le dernière fois sur un Shorter en tête de course.  Mais le plus drôle dans l'histoire de cette arrivée fut que Cierpinski après avoir franchi la ligne d'arrivée continua sur sa lancée, en effet si le chronomètre s'était arrêté sur le temps de 2h09'55" (nouveau record olympique), le compteur de tour lui indiquait encore le chiffre un, et Cierpinski préféra assurer le coup en faisant ce tour supplémentaire. Shorter qui n'était pas très loin derrière finit donc sa course en deuxième position... devant le premier!!
CLASSEMENT GENERAL
PLACE NOM PRENOM NATIONALITE TEMPS
1 Cierpinski Waldemar RDA 2:09:55
2 Shorter Frank Etats-Unis 2:10:45
3 Lismont Karel Belgique 2:11:12
4 Kardong Don Etats-Unis 2:11:15
5 Viren Lasse Finlande 2:13:10
6 Drayton Jérôme Canada 2:13:30
7 Mosseiev Leonid URSS 2:13:33
8 Fava Franco Italie 2:14:24
9 Gotsky Alexander URSS 2:15:34
10 Schoofs Henri Belgique 2:15:52
11 Singh Shivnath Inde 2:16:22
12 Choe-Chang Sop Corée du Nord 2:16:33
13 Magnani Massimo Italie 2:16:56
14 Bengtsson Goran Suède 2:17:39
15 Orzel Kazimier Pologne 2:17:43
16 Spik Hakan Finlande 2:17:50
17 Foster Jack Nouvelle-Zélande 2:17:53
18 Cuevas Mario Mexique 2:18:08
19 Gomez Rodolfo Mexique 2:18:21
20 Soh Shigero Japon 2:18:26
21 Mizukami Noriyasu Japon 2:18:44
22 Pinto Anacleto Portugal 2:18:53
23 De Jesus Jose Porto Rico 2:19:34
24 Velikorodny Yuri URSS 2:19:45
25 Hermens Jos Pays-Bas 2:19:48
26 Norman Jeffrey Grande-Bretagne 2:20:04
27 Toivola Jukka Finlande 2:20:46
28 Jensen Jorgen Danemark 2:20:44
29 Kousis Michail Grèce 2:21:42
30 Howard Tom Canada 2:22:08
31 Angus Keith Grande-Bretagne 2:22:18
32 Usami Akio Japon 2:22:29
33 Mendoza Rigoberto Cuba 2:22:43
34 Kolbeck Fernand France 2:22:56
35 Wardlaw Cristopher Australie 2:23:56
36 Yetman Wayne Canada 2:24:17
37 Aktas Huseyin Turquie 2:24:30
38 Balli Veli Turquie 2:24:47
39 McNamara James Irlande 2:24:57
40 Rodgers William Etats-Unis 2:25:14
41 Lopez Hipolito Honduras 2:26:00
42 McDaid Daniel Irlande 2:27:07
43 Cardozo Eusebio Paraguay 2:27:22
44 Chang-Son Kim Corée du Nord 2:27:38
45 Watson Barry Grande-Bretagne 2:28:32
46 Fernandez Agustin Espagne 2:28:37
47 Gross Jerzy Pologne 2:28:45
48 Ramirez Jairo Colombie 2:29:04
49 Raudales Luis Honduras 2:29:25
50 Manandhar Baikuntha Nepal 2:30:07
51 Banos Antonio Espagne 2:31:01
52 Goh-Chun Son Corée du Nord 2:31:54
53 Serrano Victor Porto-Rico 2:34:59
54 Mielke Guenther RFA 2:35:44
55 Cusak Neil Irlande 2:35:47
56 Tokwepota John Tau Nouvelle Guinée 2:38:04
57 Idava Victor Philippines 2:38:23
58 Swan Raymond Bermudes 2:39:18
59 Kokinai John Nouvelle Guinée 2:41:49
60 Guachalla Lucio Bolivie 2:45:31

LES AUTRES JO